Vivent les acronymes !

Depuis le 1° janvier 2011 et la création du régiment Musique à Versailles, les musiciens des diverses formations ont assisté à l’émergence d’un nouvel acronyme : l’OPAT.

Il rejoint la longue liste des sigles barbares souvent incompréhensible : FGI, FA, FGE, FSE, CT1, BSAT, BSTAT… (liste non exhaustive !) et donc OPAT. Mais qu’est ce donc ? Un nouvel examen, un de plus ?!

Que Nenni !

L’Orchestre principal de l’armée de terre (OPAT donc) est un orchestre qui a le mérite, outre de produire des œuvres superbes dans des lieux non moins exceptionnels, de permettre la rencontre de musiciens des différentes formations musicales de l’Armée de terre.

Le principe est simple :

Quelques musiciens de chaque formation musicale sont appelés sur Versailles afin de monter, en session, un programme de musique classique.

Cette formation musicale à géométrie variable, orchestre de chambre ou grand orchestre, s’attaque à des œuvres maîtresses sous la direction du directeur du conservatoire de musique militaire lui-même, le chef de musique Jean-Michel SORLIN.

Ainsi, la dernière session en date de l’OPAT avait lieu du 5 au 9 juillet 2011. Mes camarades le Sergent-chef Ludovic Dumonteil, le sergent Ghislain Fourcassa et ma pomme sommes allés rejoindre les Parisiens, Messins, Lyonnais, lillois et Rennais au conservatoire de Versailles pour une semaine de répétition. Le programme était alléchant : « la messe allemande » de Schubert et le requiem de Mozart. Le lieu tout aussi exceptionnel : la cathédrale Saint-Louis des Invalides. Enfin, la participation de l’ensemble vocal de l’école polytechnique laissait présager un concert exceptionnel.

Les différentes tenues militaires ont ravis bien évidement les yeux des auditeurs mais la qualité musicale était aussi au rendez-vous pour le plus grand plaisir des mélomanes.

Finalement ce nouvel acronyme a bien vite été adopté par les musiciens militaires. L’OPAT est bien sûr une bonne initiative qui permet de donner une image positive des musiques militaires de l’armée de terre mais aussi une possibilité de rencontres et de partage entre les instrumentistes issus des quatre coins de la France.

ADJ Coursimault Olivier

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.